top

La zone portuaire, ainsi que ses Tavernes

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    GBF Index du Forum -> Le Jardin -> La Balançoire -> Anthracite
Auteur Message
Phénix 'ODF' D
Chicken in Fire


Inscrit le: 19 Mar 2013
Messages: 619
Localisation: Dans le ciel, brûlant et brillant de milles feux
Team: Groupe des Voyageurs
Pièce(s): 16
Pièce(s) rouge: 0

MessagePosté le: Mer 1 Mai - 01:11 (2013)    Sujet du message: La zone portuaire, ainsi que ses Tavernes Répondre en citant

L'Ancien Port d'Anthracite


Citation:
Le vieux port d’Anthracite est aujourd’hui une relique d’un passé glorieux pas si éloignée. Une relique situé au Sud-Ouest de la Grande Cité, non loin du quartier marchant. Les Cinq, voyant leurs popularités s’agrandir à une vitesse affolante, décidèrent de déménager leurs infrastructures portuaires… pour plusieurs raisons : Tout d’abord, un port de cet envergure avec autant de marchandises importantes qui transitaient en ces murs étaient beaucoup trop exposé aux menaces provenant de la mer, les attaques de pirates se faisant beaucoup plus fréquente en quelques années. Une autre raison due à ce déménagement est l’atmosphère de plus en plus moderne de la ville, qui rendait obsolète le vieux port aux yeux des nobles.
À présent, ce lieu sert de point de rencontre entre différentes personnalités, qui souhaiterait se voir dans un endroit un peu moins exposés. Des guerriers déchu de l’arène aux explorateurs en quête d’un lieu où dormir, en passant par les riches souhaitant faire affaire en secret ou les pirates juste venu boire un verre, tous passent par ici pour faire passer un message. Et bien que ce lieu soit délaissé par la majorité de la masse silencieuse, un message laissé ici ne reste pas inaperçu bien longtemps.




Une vue d'ensemble du vieux port

Citation:
En contournant le Takaroche, symbole de la puissance des Cinq, les bateaux arrivent face aux imposants docks de la ville, qui se comptent par paquet de dix. D’après une estimation scientifiquement approuvée, chaque dock charge sur les bateaux le contenu de deux fois la salle aux trésors du manoir. Et chaque dock reçoit dans ses hangars l’équivalent de trois fois la salle au trésor des plus grandes familles réunies.



Le brouillard, très épais aujourd'hui, masque les imposants baraquement de plus de cent quais


Citation:
Une fois passée la rangée de hauts bâtiments en pierre blanche délavée, les marins font enfin face à leurs rêves de marins, depuis qu’ils ont quitté le continent : les tavernes. Chaude, accueillante, ces lieux de rencontres et de ragots sont des lieux que tous marins se doit de fréquenter au moins une fois dans sa vie, ne serait-ce que pour échanger un verre en compagnie de son Capitaine.



Anthracite est aussi connu - et réputé - pour ses tavernes, où l'ambiance bonne enfant est toujours accompagné d'un bon verre de rhum!


Citation:
Mais les marins ne sont pas les seuls à venir fréquenter ce lieu : D’autres personnes sont aussi les bienvenus pour boire un verre en compagnie d’amis ou de vieilles connaissances. La salle étant vaste, rares sont ceux qui viennent en solo. Et malgré une forte fréquentation de marins de tous poils, les aventuriers et les guerriers sont aussi de la partie. En effet, qui ne viendrait pas boire un verre de bon rhum après une longue aventure, loin toute civilisation humaine, de tout bon goût GéBéFiens ou de toutes richesses Anthracitienne ?
Ce lieu a donc été construit pour que ceux qui ont quelque chose à dire, autour d’un bon verre, ne se fasse pas prier par la foule. Prenez un verre, grimpez sur la table, et crier haut et fort ce qui vous pèse sur la langue. Après tout, ne sommes-nous pas entre bonnes gens de bons goût et de qualité ?

_________________

Phénix 'ODF' Dragon, le Samouraï du Soleil Levant, vous souhaite le bonsoir !

Citation:
21:36:58<Phénix 'ODF' D> ouais sinon mis à part qu'il a du succès au lit, pourquoi l'écuyer de Tyrion? il est pas un peu maladroit?
21:36:59<Naorim> 21:34:56@Phénix 'ODF' D: tu es fidèle et tu veux faire le bien


Dernière édition par Phénix 'ODF' D le Ven 3 Mai - 19:41 (2013); édité 2 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 1 Mai - 01:11 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Houblon Warrior Orange
Les déménageurs de l'extrême


Inscrit le: 03 Fév 2013
Messages: 533
Localisation: [Insérer Bon Mot]
Team: Pré-Scriptum
Pièce(s): 31
Pièce(s) rouge: 0

MessagePosté le: Mer 1 Mai - 14:51 (2013)    Sujet du message: La zone portuaire, ainsi que ses Tavernes Répondre en citant

Chapitre 1.1 : Max le jongleur

Houblon Warrior, jeune aventurier de 19 ans, part de son village natale pour rejoindre Anthracite, la capitale. Il est fort surpris par ce qu'il y voit....

Jamais Houblon n'avait imaginé Anthracite comme cela. Durant toute l'année où il s'était préparé à venir, il n'avait eu de cesse de se l'imaginer. D'abord comme la décrivait Hervé Montreux, puis de plus en plus selon ses fantaisies, ce qu'il appréciait. Il l'avait vu comme une cité féerique, un lieu luisant d'une lumière chaleureuse, un lieu joyeux où se faire un nom était aisé pour toute personne en ayant les aptitudes. Mais dès son premier coup d'oeil à la cité, il déchanta. C'était une ville noir, on sentait dès le premier coup d'oeil une sorte de fardeau dans le coeur, une lourdeur dans l'âme. Les bâtisses, les pavés, l’atmosphère même était couleur cendres et contrastait vivement avec la campagne pleine de couleur de son enfance.
Houblon pensa alors directement à s'en aller, à quitter ce lieu qui e lui plaisait pas du tout. Mais l'instant d'après il se sentit ridicule, où serait-il aller? Chez ses parents pour les décevoir et perdre toute chance d'avoir une vie aventureuse? Dans une autre ville dont il ne connaissait ni le lieu ni comment y aller? Non, pour l'instant il n'avait pas le choix. Pour l'instant en tout cas. Jusqu'à ce qu'il ai assez d'information, d'agent et de nourriture pour changer d'endroit en tout cas.
C'était décidé, il allait rentrer dans la ville. Il parcourut le pont qui le séparait de l'entrée de la ville, y déposa son cheval dans une écurie et rentra à l’intérieur de la ville. Il était rentré par le sud et se trouvait ainsi dans l'un des endroits les plus pauvres, les plus sombres et sales de Anthracite. Plus il avançait et plus ses pas se faisait lourd. Il avait peur de cette ville, de sa taille démentiel, de son hostilité, de sa froideur. Au bout de quelques minutes de marche il s'aperçut qu'il s'était complètement perdu, qu'il avait marché sans savoir où il allait, comme s'il avait été hypnotisé par la ville, comme s'il avait été entraîné dans la sombre froideur du lieu. Il regarda autour de lui, il ne vit rien de familier, rien qu'il n'avait déjà vu. Il était complètement seul au milieu de tous ces bâtiments, passants qui marchaient sur la route. Il se rappela alors l'un des conseils que son père lui avait prodigué:
Surtout, n'ai jamais l'air perdu. Si tu es comme ça à Anthracite, on te repérera tous de suite, tu ne feras pas deux jours.
Houblon releva la tête. Quoi qu'il fasse, où qu'il aille, il fallait qu'il le fasse d'un pas assuré. Il repartit donc, marchant rapidement, et même s'il ne savait pas où il irait, il y irait.
Ce qui le conduit bien vite dans le quartier du port....

_________________
Revenir en haut
Phénix 'ODF' D
Chicken in Fire


Inscrit le: 19 Mar 2013
Messages: 619
Localisation: Dans le ciel, brûlant et brillant de milles feux
Team: Groupe des Voyageurs
Pièce(s): 16
Pièce(s) rouge: 0

MessagePosté le: Mer 1 Mai - 15:30 (2013)    Sujet du message: La zone portuaire, ainsi que ses Tavernes Répondre en citant

Dans la Taverne des Cinq Caravelles... a écrit:
« If you are a Passenger…
You should know that…
Under a blazing sun…
The road is our Childhood Friend… »


L’air était siffloté avec un brin d’ironie. Partout autour de lui, Essex ne voyait que des « croulants », des gens dont la vieillesse avait ravagé le corps et l’esprit. Ils sirotent leurs rhums en silence, fumant la pipe en fixant leurs verres, dans l’espoir qu’il ne se vide jamais.

Essex était donc un peu la flamme dans l’obscure pièce. Dans sa tenue fringante, il ne passait pas inaperçu. Ses riches vêtements, son pantalon en cuir, son sabre à sa ceinture, ses boucles d’or accrochées à celle-ci et à ses chaussures, attirait sur lui des regards condescendants. Son chapeau surtout attirait des regards de convoitises : un magnifique couvre-chef bleu glace, surmonté d’une belle plume rouge ondoyante. C’était la fierté du jeune homme, et il ne l’échangerait contre rien au monde.
S’installant au bar, Essex fixa la poche du jeune homme assit à côté de lui. Vérifiant que personne ne l’observait, il fit mine de ramasser une pièce inexistante sur le sol. Il heurta par mégarde (ou peut-être pas…) l’épaule du gars, et glissa subrepticement la main dans la poche de l’inconnu.

-Hé, faites attention ! Dit-il d’un ton bourru et – visiblement – bourré.
-Oups ! Désolé, je ne faisais que ramasser une pièce… répondit Essex avec une fausse mine navrée, très réaliste.

L’homme grommela des jurons à tous va avant de boire une bonne lampée. Essex se remit sur son tabouret et observa son pactole : 65 GBifoises. Peu, mais suffisant pour une journée.

_________________

Phénix 'ODF' Dragon, le Samouraï du Soleil Levant, vous souhaite le bonsoir !

Citation:
21:36:58<Phénix 'ODF' D> ouais sinon mis à part qu'il a du succès au lit, pourquoi l'écuyer de Tyrion? il est pas un peu maladroit?
21:36:59<Naorim> 21:34:56@Phénix 'ODF' D: tu es fidèle et tu veux faire le bien


Dernière édition par Phénix 'ODF' D le Jeu 2 Mai - 18:47 (2013); édité 1 fois
Revenir en haut
Paku
Gran & Ola


Inscrit le: 29 Jan 2013
Messages: 243
Localisation: Under the hood
Team: Francs-Plombiers
Pièce(s): 0
Pièce(s) rouge: 0

MessagePosté le: Jeu 2 Mai - 14:21 (2013)    Sujet du message: La zone portuaire, ainsi que ses Tavernes Répondre en citant

Le 12 du mois de Fevriest


Paku J'S franchit la porte des Cinq Caravelles en fin d'après-midi.
Il aimait se ressourcer dans les tavernes du Vieux Port lorsqu'il était très préoccupé. Il était vêtu d'un long manteau battant ses chevilles, d'un chapeau et de lunettes de soleil teintées d'orange. Fait curieux, il marchait en tong, sans doute aimait-il se décontracter dans ses moments là.
Comme à chaque fois qu'il rentrait dans un lieu, il en vérifiait rapidement les issues et les places les mieux placées pour garder un oeil sur le reste de la salle tout en étant discret.
Réflexe primal datant de son enfance où il fallait tout voir et assurer ses arrières pour survivre lors de la minute suivante.

Il se dirigea d'un pas nonchalant vers une tablée dans un recoins de la pièce. Elle était malheureusement déjà occupée, mais à cette heure là, il ne fut pas une seule table d'entièrement libre!
Il se laissa tomber sur le dossier de la chaise, face à un homme encapuchonné qui sirotait une boisson de couleur ambrée. Il semblait nerveux et et plongé dans ses pensées, marmonnant à toute vitesse, comme s'il se récitait quelque chose.

Paku se détourna du personnage et claqua des doigts en direction d'un garçon de table.

"Garçon! Un thé glacé je vous prie, double dose de sucre."

Le serveur griffonna la commande et s'en alla chercher la boisson.

L'industriel se laissa tomber d'un air satisfait contre le dossier. Enfin, un moment de répit. Il était si tracassé par ses recherches sur le cœur d'Anthrax qu'il n'en dormait plus, devenant de plus en plus grognon et tatillon.
Le personnage en face de lui, qui semblait toujours n'avoir pas remarqué sa présence, l'intriguait de plus en plus. Notamment parce qu'il n'avait pas l'habitude qu'une personne en face de lui fasse comme s'il n'était pas là.

L'encapuchonné continuait de murmurer. "Revolver, couteaux, oui, j'ai tout, M.Richard avait dit pas de problèmes... Tirer d'abord, planter le couteau ensuite, essayer de le garder en vie..."

Paku était de plus en plus intrigué.

Il s'agissait bien évidemment d'une affaire louche. Il se questionna un instant. Il s'agissait de remettre les pendules de quelqu'un à l'heure, à coups de revolver et de couteaux. Peut-être pourrait-il récupérer ce qu'il resterait de la future victime pour mettre au point le coeur d'Anthrax... Non!

Paku enfouit son visage dans ses paumes. Quel genre d'homme devenait-il? Allait-il vraiment utiliser des vies humaines pour mener à bien ses recherches? Il s'était juré que s'il devait réalisait une expérience sur un homme, ce serait exclusivement sur lui-même qu'il le ferait.

D'un coup, l'homme encapuchonné posa son verre et se leva, prêt à partir.
Paku sentait des palpitations dans tout son cerveau. Il grimaçait pour se retenir d'interpeller l'intéressé.

"Hey vous!"

Paku soupira. Il irait juste pour voir de quoi il en retournait, il ne tenterait rien de fortuit.
L'encapuchonné sursauta et se retourna vivement, sur les nerfs.

"Oui? demanda-t-il, méfiant.
-Vous avez l'air d'être dans le purin jusqu'au chapeau, je peux... vous aider..."

...

Début de cette intrigue:
http://gbf.xooit.fr/p2673.htm

Note hors RP: Je convie maintenant Cel à développer, en connaissance de cause
Notes hors RP de Takamari : Faudrait se skyper le reste de la quête, ça pourrait être fun, et ça me permettrait de faire dire certaines "choses" à la cible et de jouer rapidement avec un dé pour pas que ça soit full succes tout le temps !

_________________



~ Président Giga du Club Ps ~


Dernière édition par Paku le Jeu 2 Mai - 17:00 (2013); édité 1 fois
Revenir en haut
Houblon Warrior Orange
Les déménageurs de l'extrême


Inscrit le: 03 Fév 2013
Messages: 533
Localisation: [Insérer Bon Mot]
Team: Pré-Scriptum
Pièce(s): 31
Pièce(s) rouge: 0

MessagePosté le: Jeu 2 Mai - 16:54 (2013)    Sujet du message: La zone portuaire, ainsi que ses Tavernes Répondre en citant

Chapitre 1.2 : Max le Jongleur

Ce n'est qu'au bout d'un long moment de marche que l'oeil de Houblon s'arrêta enfin vers quelque chose qui le satisfit. Le ciel s'était encore plus obscurcit, la température avant sensiblement chuté, et un leger brouillard faisait qu'on n'y voyait plus à plus de 10 mètres devant soi. Houblon avait alors suivit une sorte de halo de lumière qui l'avait conduit quelques mètres plus loin à un bar. C'était une masure faite de planche sombre, et qui comportait deux étages. Une forte lumière sortait par les fenêtres, les portes, et certaines interstices entre les planches qui composaient le mur. Et une musique celtique s'échappé quelques peu étouffés des murs. Houblon n'avait que très rarement écouté de musique dans son village. Parfois sa mère lui avaient chanté une ou deux chansons mais c'était bien tout. Et le fait d'entendre cette musique l'avait aussitôt attiré, et poussé à rentrer.
Le taureau endeuillé, c'était le nom du bar, était tout de somme classique, un bar dans le fond, des tables et des chaises un peu partout, souvent occupés par des hommes à l’hilarité crasse, et sur le coin les fameux musiciens qui faisait cette musique celtique.
Houblon partit directement en direction des musiciens et s'assit à une table qui se trouvait environ à 10 mètres d'eux. Il les fixa quelque temps, l'air rêveur, jusqu'à ce qu'une serveuse arrive.
Bonjour, je vous sert quoi ?
Je... Excusez moi, mais je ne comptais pas forcement prendre quelque chose...
Ah non ce n'est pas possible soit vous consommez soit vous vous en allez, dit elle d'un oeil sévère.
Bon et bien.. Euh... Donnez moi de l'eau
Vous plaisantez, dit elle l'air radoucie, Bon je vous met une bière, c'est ce qu'on a de moins fort ici.
Merci

Houblon se fit servir et fut de nouveau absorbé par la musique. Quelque temps, un nouvel homme arriva d'une trentaine d'année, il était un peu plus petit que Houblon, portait des habits de couleurs vives, et avait l'air bienveillant.

Salut, tu permets?

Houblon acquiesça. Et l'homme s'assit.

Je m'appelle Max, et je suis forain, je suis jongleur pour être précis, tu vois ce que c'est?

J'ai déjà lu un livre en parlant, mais je n'en ai jamais vu...

L'homme sortit alors des quilles de ses poches et commença une démonstration, Houblon fut totalement subjugué par toutes ces couleurs qui s'étalaient devant ses yeux, les mouvements de Max était précis, vifs et pourtant souples. Ce beau spectacle contrastait fortement avec toute la déception qu'il avait ressentis depuis son arrivée.
Max se rassis et dériva la discussion sur autre chose. Houblon l'aimait bien, il semblait beaucoup plus joyeux que les personne qu'il avait vu jusqu'alors et son spectacle l'avait complètement séduit. Ils discutèrent de chose très diverses, Houblon lui racontait des histoires qu'il avait vu et Max lui expliquait sa vie de forain. Après une heure de discussion, Max lui demanda:

Et sinon tu sais où dormir ce soir? Il commence à se faire tard, j'connais un endroit où tu pourrais aller.

... En effet, il se fait tard. Il est où ton endroit?

Pas très loin d'ici, suis-moi.

Houblon et Max se levèrent et sortirent du bar, Houblon eut un petit pincement au coeur à l'idée de quitter la musique qui l'avait envouté. Les deux nouveaux amis marchèrent pendant quelques minutes, Houblon se trouvait quelques mètres devant le jongleur qui lui indiquait où tourner. Mais bientôt, Houblon arriva face à un mur.
Mais, c'est un cul-de-sac, tu sais pas où il est ton endroit...
Il sentit que quelque chose appuyait sur son dos.

Bon, c'est simple. Tu me files ta bourse et je ne te perce pas.

Quoi ?! Mais... Qu'est ce que tu fais?

Même si Houblon était quelqu'un d'assez naïf, il ne l'était pas au point de ne pas comprendre ce qu'il se passait. Son esprit était souvent vif, et il cherchait à gagner du temps pour arriver à sortir délicatement l'un des deux pistolets qu'il avait emmené. Il faisait très noir, on ne voyait quasiment rien, et les mouvements de Houblon étaient lent et silencieux.

Tu n'as pas tout compris toi, je te prends ta bourse, allez donnez la moi.

Mais je n'ai que 50 pièces d'or...

Ah bon ?! Mais... Je pensais que tu étais beaucoup plus riche que ça

Houblon venait juste de récupérer son pistolet dans sa main, il fit alors un long bond en avant, le plus loin qu'il pouvait, tout en se retournant. Il vit tout de suite que Max avait était surpris et n'était pas arrivé à le suivre, il pointa son pistolet bien en évidence.

Tu ne vas quand même pas risquer ta vie pour 50 pièces d'or?

S'ensuivirent quelques secondes de doute et de choix incertain, mais Max finit par abaisser son couteau qu'il tenait encore en direction de Houblon.

Bon tu me montres ton endroit pour dormir?

Houblon pensait que Max n'était plus un danger, il venait de se montrer dangeureux, et surtout pauvre. Pourquoi donc voudrait-il se frotter à lui? Ce n'était qu'un pauvre bougre de pilleur. Mais ce genre de personne était précieuse pour un nouvel arrivant, ils connaissaient chaque recoins, chaque informations, chaque combine qui lui aurait permis de vivre dans cet ville si hostile. Max baissa la tête bougon. Il devait être un peu déçu de s'être fait battre par quelqu'un d'aussi jeune que Houblon, rien de grave. Max le mena, la tête baissé, pendant plus d'une dizaine de minute, puis s'arreta soudainement et siffla. Houblon n'eut pas le temps de réagir qu'on lui abattis un coup de crosse derrière la tête.

On ne gagne jamais Max le jongleur
_________________


Dernière édition par Houblon Warrior Orange le Jeu 2 Mai - 19:35 (2013); édité 1 fois
Revenir en haut
Phénix 'ODF' D
Chicken in Fire


Inscrit le: 19 Mar 2013
Messages: 619
Localisation: Dans le ciel, brûlant et brillant de milles feux
Team: Groupe des Voyageurs
Pièce(s): 16
Pièce(s) rouge: 0

MessagePosté le: Jeu 2 Mai - 18:46 (2013)    Sujet du message: La zone portuaire, ainsi que ses Tavernes Répondre en citant

Sur les docks... a écrit:
Essex sortit du bar en fourrant son argent fraîchement volé dans sa poche. Un peu plus tôt, il avait vu plusieurs silhouettes inquiétantes entrer dans la taverne, et il avait préféré déguerpir au plus vite. Pas qu’il n’appréciait pas un petit combat, mais il n’était pas du tout équipé pour. Et les GBifoises qu’il avait réussi à subtiliser de ces personnes ne le mettait pas plus en confiance non plus.

Il fallait qu’il détrousse encore quelques personnes avant de pouvoir s’acheter du matériel suffisamment performant afin de ne pas passer pour un imbécile devant le premier ennemi venu. Il avait quand même une réputation à tenir, bon sang de bois !

En arpentant les docks, il s’approcha des navires marchands amarrés aux poteaux couverts de suie et de goudron. Une grande majorité des navires en était enduits, mais quelques uns étaient relativement en bon état, et rutilant de propreté.
Essex n’avait, pour l’instant, aucune ambition réelle. Son seul objectif, pour le moment, était d’amasser suffisamment d’argent pour s’acheter un petit bateau. Il lui fallait absolument se rendre sur une île en particulier. Une île assez lointaine. Pour cela, il lui faudrait aussi un petit équipage. Juste de quoi manier le bateau. Mais ce serait pour plus tard, ça.

Il arpenta encore un peu les docks, pensant à ce qu’il devrait faire ensuite. L’argent restait malgré tout le problème le plus important à régler. Ensuite, il pourrait s’acheter un bateau, des vivres, peut-être un équipage, et mettre les voiles sur l’île.
Mais ce serait pour plus tard.

En attendant, il se mit à fredonner :


« If you are a Passenger…
You should know that…
Under a blazing sun…
The road is our Childhood Friend.

The wind in its sails, flying hair…
We trace the History
Under the resonant bits…
This song.


_________________

Phénix 'ODF' Dragon, le Samouraï du Soleil Levant, vous souhaite le bonsoir !

Citation:
21:36:58<Phénix 'ODF' D> ouais sinon mis à part qu'il a du succès au lit, pourquoi l'écuyer de Tyrion? il est pas un peu maladroit?
21:36:59<Naorim> 21:34:56@Phénix 'ODF' D: tu es fidèle et tu veux faire le bien
Revenir en haut
azep
Le Maître des Points


Inscrit le: 12 Fév 2013
Messages: 752
Localisation: sur un bateau ivre
Team: Notables/Indépendant
Pièce(s): 68
Pièce(s) rouge: 1

MessagePosté le: Ven 3 Mai - 00:18 (2013)    Sujet du message: *ba da tss* Répondre en citant

Jour 2 : soir

Alors qu'il traversait le port pour rentrer chez lui, Azep vît une scène qui l'interpella. En effet, un groupe d'hommes était en train de battre un voyageur.

[Murmure]- Pauvre petit, j’espère qu'il va s'en sortir...

- Allez les gars, tabassez-le! Ce salaud a osez me menacer !

[Murmure]- Qu'a t-il donc fait pour mériter ça...?

- Une fois fini, on le dépouille et on le jette au fleuve !

Azep se décida finalement à intervenir...

- Hey ! Vous ! Qu'est-ce qu'il vous prend ?!

- Merde... Les gars, on est repérer ! Chopez-le !

- Vous tenez vraiment à vous battre ?! Vous êtes sur...?

[Alors que le groupe d'hommes se lancer sur lui, Azep eut un rictus d'excitation.]
Ils étaient au nombre de cinq, en comptant leur chef. Deux se jetèrent à corps perdu en balançant leurs coups qu'Azep évita avec une simple esquive. un simple coup derrière la nuque eut raison d'eux. Un autre décrocha un direct à cet homme. Azep bloqua le coup et exécuta une contre-attaque en brisant le bras de son agresseur. Il profita de sa stupéfaction pour lui asséner un coup à la rotule et ainsi empêcher tous mouvements. Le quatrième larron voulut utiliser le corps du jeune homme gisant au sol pour échapper à la férocité d'Azep mais avant qu'il n'eut le temps de le faire, Azep avait foncé sur lui et lui avait brisé le squelette Ostéo-cartilagineux. Après un râle de douleur le brigand eut à peine le temps de comprendre ce qu'il se passait qu'il se retrouvât à terre. Résigné, il abandonna...


Seul celui qui paraissait être leur chef restait encore debout. Il sortit un coutelas et le pointa en direction du bourgeois.

- Qu'est ce qui te prend ?! Pourquoi tu fais ça ?

- Ais-je réellement besoin d'une raison pour aider un homme se faisant lyncher ?

- Cela ne te concerne en rien ! Tu va payer pour ce que tu as fait !

- Hé bien ?! Qu'attend-tu ?

L'homme tenta une approche plus subtil que ses collègue en lançant un couvercle de poubelle proche de lui sur Azep. Il espérer profitait de la confusion et poignarder son adversaire. Azep rattrapa le couvercle de la poubelle et contra le coup de poignard, il saisit ensuite le poignet du chef de groupe et, dans un même geste trancha la carotide se l'agresseur...

Tout est fini


C'est à ce moment précise qu'Houblon décida de se réveiller. En face de lui se dressait Azep. Il ne savait pas encore qui il était mais il savait que cet homme à l'allure imposante, au dos large et aux bras puissant, venait de le sauver...
_________________
Revenir en haut
Houblon Warrior Orange
Les déménageurs de l'extrême


Inscrit le: 03 Fév 2013
Messages: 533
Localisation: [Insérer Bon Mot]
Team: Pré-Scriptum
Pièce(s): 31
Pièce(s) rouge: 0

MessagePosté le: Ven 3 Mai - 21:58 (2013)    Sujet du message: La zone portuaire, ainsi que ses Tavernes Répondre en citant

Houblon sortit de sa torpeur. Le sol était froid et dur. Il avait mal au crane. Il se releva tant bien que mal et regarda autour de lui. 5 corps inanimé jonchait le sol. Il lui fallut quelques secondes pour se rappeler les derniers évènements. Il ne comprenait pas ce qui avaient pu mettre ses agresseurs à terre.
Il se retourna instinctivement, un homme figurait devant lui. Il prit une pose défensive

- Qui êtes vous?

Alors qu'il venait tout juste de se défaire des voyous, Azep entendit la voix du jeune homme agressé..

- Ah, vous vous êtes réveillé ? Comment allez-vous ? Vous vous êtes remis ?

- Euh... Oui je crois a peu près, j'ai un sacré mal de crane...

- Ces individus étaient en train de vous passez à tabac mon jeune ami. Habituellement je n'interviens pas dans de telles situations mais, il me semble que vous aviez vraiment besoin d'aide. N'est-ce pas ?

- Oui il semblerait.... Ah j'ai trop fait confiance à ce jongleur,les avez vous tué?

- ... Venez avec moi, nous allons soignez ces blessures

- Mmmh.... D'accord... Mais pourriez vous me dire qui vous êtes?

- Oui, bien sûr. Mon nom est Azep et pour l'instant, ne vous souciez que de ça...

- Bon, et bien allons à votre hôtel, je n'ai pas de meilleur lieu où aller de toute façon.

Sur ces mots, Azep partit silencieux, Houblon à sa suite
_________________
Revenir en haut
Takamari
Lord


Inscrit le: 28 Jan 2013
Messages: 709
Localisation: Giga base du club PS
Team: GBF
Pièce(s): 53
Pièce(s) rouge: 0

MessagePosté le: Sam 4 Mai - 17:29 (2013)    Sujet du message: La zone portuaire, ainsi que ses Tavernes Répondre en citant

Jour 2 : Nuit

Tuer, voilà un mot qui est facile à dire quand on est tranquillement installé au chaud dans une luxueuse demeure, avec de la bière de la meilleure qualité. Mais quand on se retrouve quelques heures plus tard, dans une bicoque qui laisse passer les courants d'air et que la bière qui est servi semble avoir été pissée par l'aubergiste, le mot tuer ne prend plus le même sens

- Y a des taches qu'on doit faire et dont on peut pas se soustraire. Je crois pas qu'on puisse m'aider pour ce que j'ai à faire.

J'Stark vit là comme un signe du destin, l'empêchant de s'aventurer plus loin sur le sentier tortueux qui s'offrait à lui. Toutefois, il ne put s'empêcher d'insister, mû par une volonté viscérale, presque malsaine.

- Écoute mon gars, je vois bien que t'es pas dans ton assiette, et que tuer, c'est pas ton genre. Je suis très intelligent tu sais, je pourrais t'aider à trouver, disons... une alternative. Voire plusieurs si tu es sympa.

Le visage d'Edward s'éclaira

- Si ce que vous dites est vrai, c'est que vous êtes une intervention divine! Mais quelle serait cette alternative?

Paku n'avait pas prévu cela. L'homme en face de lui prenait toutes ses précautions, malgré sa nervosité.
L'industriel fit doucement claquer sa langue.

- Et bien... Résumons la situation: pour je ne sais quelle raison, vous devez tuer quelqu'un. Bien évidemment, vous êtes mal à l'aise, réaction instinctive primale, le meurtre en effraie plus d'un, moi le premier. Pour résoudre cette équation, j'aurais besoin d'un peu plus d'éléments, comme le pourquoi de ce meurtre, qui vous oblige à effectuer cette besogne et qui est la personne à abattre.

- Je doute que le pourquoi vous intéresse. J'agis seulement comme mercenaire. Bien piètre mercenaire. Et l'homme que je dois tuer doit embarquer bientôt. Vous avez seulement à savoir que ce sont des histoires d'argent qui motivent toutes les parties.

- De l'argent? Je suppose que ce doit être beaucoup d'argent, pour vous inciter à prendre une vie. Je devine toutefois que votre employeur veut éliminer le quidam pour lui soutirer quelque chose, on ne tue pas à la légère à Anthracite. Si je viens avec vous, je peux déployer des moyens de persuasion tels que votre victime n'aura même pas besoin de décéder, et elle quittera Anthracite sur le champ. Cela équivaut bien à une mort, et vous n'aurez pas le fardeau du meurtre sur la conscience.

- Je dois avouer que si une telle chose est possible ça serait extraordinaire. Vous ne me mentez pas?

- Je suis un piètre menteur, regardez moi dans les yeux et décidez vous même si je mens ou pas.

- Bien, ma cible ce trouve sur le navire Cold Coal. Une esquif qui transporte de l'anthrax. Je dois laisser cette cargaison à mon employeur. Le capitaine que je dois éliminer était dans cette taverne tout à l'heure, il est à présent sur son bateau.

Paku J'Stark s'immobilisa. Une cargaison d'anthrax. Non pas qu'il en eut besoin (ses industries étaient affiliées à celles de la vallée de l'Anthrax) mais il décelait là comme une ironie du sort.
Hochant lentement la tête il invita d'un signe de tête son nouvel associé vers la sortie.

-Et bien, allons-y sans plus tarder! J'ai déjà tout ce qu'il faut sur moi. Il faudra peut-être attraper un rat ou un pigeon sur la route, rien de très difficile.

Edward failli s'étouffer:

- Un rat ou un pigeon! Je ne veux pas remettre en cause votre crédibilité, mais quand même! Enfin, je pourrais toujours revenir à mon plan initial si le votre échoue. On y va?

Paku J'Stark hocha la tête et sortit de son pas nonchalant du débit de boisson. Il scruta les quais du regard, cherchant le Cold Coal.
Il l’aperçu non loin de sa position, petit, crasseux et dégageant une forte odeur de charbon. Il portait bien son nom finalement. Il n'avait pas l'air d'être très protégé, il avait pour seul gardien un marin, ils ne devaient pas s'attendre à avoir de la visite.

-L'ami, attend moi devant le rafiot, je m'en vais chasser le pigeon, je reviens dans cinq minutes au plus tard.

C'est sur ces bonnes paroles que Paku s'éloigna, scrutant le ciel et les bites, pieux où les oiseaux aimaient se reposer.

Edward arpenta le quai quelques instants. A cette heure, il n'y avait plus personnes dans les rues, et les quelques éclats de voix qu'il entendait provenaient des taverniers chassant leur dernier client. Au bout de deux minutes, Edward se rapprocha du Cold Coal afin d'attendre le mystérieux homme chasseur de rats et de pigeons!
Le marin qui paraissait monter la garde s'approcha du jeune homme.

- Monsieur, veuillez vous éloigner du navire s'il vous plaît.

- Et pourquoi donc mon brave? La chaussée est à tout le monde non?

L'homme regarda Edward en haussant les épaules.

- En effet, mon brave. Mais j'ai reçu des directives, personne ne doit s'approcher du Cold Coal. Il y a des types louches qui traînent à ces heures tardives, simple précaution.

C'est à ce moment précis que Paku J'Stark apparut avec un pigeon roucoulant avec force au creux de ses mains.

- Il y a un problème, l'ami?

- Non du tout, notre camarade était juste un peu effrayé par quelques ombres

Le marin commença à froncer les sourcils, l'arrivé de Jag'Stark ne le mettait pas à l'aise, il haussa la voix.

- Messieurs, je vais vous demander de partir ! Il n'y a rien pour vous dans ce navire, et je ne cherche pas de compagnie. Veuillez reculer.

Paku tendit le pigeon à son associé encapuchonné.

-Tenez moi ça deux minutes.

Edward prit le pigeon, sans vraiment comprendre ce que Paku voulait faire. Ce dernier sortit rapidement un pistolet à fléchette tranquillisantes de sa poche et fit feu sur le marin récalcitrant. L'homme n’eut pas le temps de réagir, émit un râle et s'écroula mollement sur le sol.

- Impressionnant!

- Oui, c'est souvent l'effet que je fais. Et bien, la voie est libre!

Les deux hommes pénétrèrent dans le Cold Coal à la recherche de leur cible. L'heure était avancée, et aucun marin n'était sur le pont. Seules les cargaisons d’anthrax, dans leurs caisses, étaient visibles. Edward et Jag'Stark tentèrent d'entrer dans la cabine du capitaine.
Ils réussirent à ouvrir la porte assez discrètement pour ne pas se faire repérer par le capitaine. Ce dernier somnolait sur son siège. Il était grand et assez jeune, néanmoins il était très chétif, et ne semblait posséder aucune arme sur lui.

- C'est lui la cible? chuchota J'Stark

Edward acquiesça, puis d'un mouvement de la tête il désigna le pigeon pour signifier une interrogation quant à la suite des événements

Paku revint doucement sur ses pas, laissant son acolyte dans l'expectative, dans la cabine du capitaine. Il se mit à tâtonner l'une des caisse d'anthrax qui était sur le pont.

-Le point faible de la structure en cube... La base du sommet... Ici.

Il prit un petit couteau suisse dont la lame était un composite de diamant, et il appliqua sur le point faible de la caisse une légère pression de la lame.
La caisse s'ouvrit sans problème, toutefois quelque chose clochait, il n'y avait pas d'Anthrax dans la caisse, mais un étrange système, plein de rouages et de tubes en cuivre.

Paku fit une moue dubitative et analysa les rouages. La courbure du matériau ne correspondait pas à celles des rouages fabriqués à Anthracite.)

-De la contrebande hein...

Il revint à pas feutrés auprès d'Edward.

-Laisse tomber le pigeon, on en a plus besoin. Réveille le bonhomme, on a un moyen de pression maintenant.

Edward s'approcha de l'homme endormi à pas feutrés. Il glissa une lame de poignard sous la gorge du capitaine avant de le réveiller d'une secousse. L'homme s'éveilla en sursaut. La lame entaille la peau de sa gorge, et un mince filet de sang commença à couler sur ses draps. Le capitaine s'était repris assez vite, et croassa un "Qu'est ce que vous voulez?"

-Et bien mon bon ami, à vous de lui exposer la situation, faîtes comme si je n'étais pas là.

- Un certain Monsieur Richard vous envoi ses salutations cher capitaine. J'ose imaginer que vous sachez de quoi il s'agit?

Le capitaine fût pris de panique

- S'il vous plaît ! Je lui ai dit que ça prendrait plus de temps que prévu... Je ne peux pas encore faire assez de bénéfice pour lui donner sa part... Il me faut du temps, plus de temps !

- Ce n'est pas personnel, mais j'ai moi aussi des engagements à tenir. Et j'aime les respecter.

Edward se tourna vers son camarade:

- Alors, vous voulez en faire quoi de ce rebut?

Paku s'avança lentement vers le capitaine.

-Gardez la lame sous sa gorge.

Il se positionna face au capitaine, pencha son visage tout près du sien, leur nez pouvaient presque se toucher. Il prit la tête du capitaine entre ses mains et la serra fermement.

-Étrange non? lui dit-il dans un murmure. On m'a toujours dit que les contrebandier étaient grassement payés par leur clients?

En même temps qu'il faisait cette déclaration, il analysa la taille des pupilles de son interlocuteur.

- Contrebandier ?! Comment ça ?! Je... je suis un scientifique !! C'est... c'est M. Richard qui m'a aidé à financer la conception d'un... d'un nouveau système... un système révolutionnaire... Je... je lui ai remboursé son financement... mais... mais maintenant il veut une part sur tout ce que je gagne... sur mes revenus... il veut un retour sur investissement... Mais... mais je ne peux pas... ça ne marche pas aussi bien que je l'avais pensé... et j'ai besoin du peu d'argent que ça me rapporte pour... pour vivre... s'il vous plaît.

Paku discerna le regard fuyant de sa victime et une légère dilatation de la pupille.
De la peur. Mais peur de quoi? Peur d'être percé à jour ou bien la peur de se faire assassiner?

- Écoutez monsieur, je suis Paku J'Stark. Tous les systèmes révolutionnaires sortent de mes usines. Et je puis vous assurer que votre petit trafic d'outils mécaniques ne vole pas bien haut, je suppose que vous refourguez ça dans des contrées moins développées que la notre.

Les mains de Paku devenaient moites. Non, c'est le capitaine qui commençait à transpirer.

- Non... enfin oui... enfin je fais ça dans l'espoir de pouvoir un jour devenir quelqu'un... On veut tous devenir quelqu'un pas vrai ?!

Il eu un petit rictus nerveux et emplit de peur

- Mais... mais on ne fait pas attention à qui on se frotte hein... On... a besoin d'argent... et on se tourne vers des gens qui vous semble honnêtes... mais qui ne le sont pas... C'est de la faute de M. Richard, tout est de la faute du dirigeant de l'Arène ! S'il vous plaît, dites lui que ça n'a pas marché, et que je ne peux pas payer... s'il vous plaît...

- Le dirigeant de l'arène! Ah le bougre il m'a bien eu en me disant qu'il était un simple employé. Que fait on de lui?

J'Stark resta muet, les yeux rivés sur le capitaine. Ce genre d'homme minable, qui profitait des plus faibles et qui s'enrichissait sur le dos des autres. Cobaye parfait pour le... Non!
J'Stark secoua vigoureusement la tête. Il n'allait pas être réduit à jouer avec des vies humaines.

-Et bien l'ami, je ne pense pas que tu sois en situation de te rebeller contre le maître de l'Arène, ce gredin a des yeux et des oreilles partout. Donc il faudrait au moins lui ramener quelque chose pour que tu sois tranquille.

Il se tourna vers le pauvre hère suant à grosse gouttes.

-Tu veux bien arrêter de transpirer? On a compris que t'es dans une situation délicate, mais là tu me salopes les mains. Bon, tu vas tout de suite nous conduire à ton coffre. Tu as bien un coffre à la Banque?

- Mais vous ne m'écoutez pas monsieur J'Stark... Je n'ai plus rien... laissez moi du temps... Tout ce dont j'ai besoin c'est du temps !

-C'est ça, et demain vous aurez déserté Anthracite avec tout votre pécule. Ne me prenez pas pour un jambonneau. Mon ami ci-présent va vite être fatigué de la main, et une lame qui tombe sur une gorge, c'est pas top pour la santé si vous voyez ce que je veux dire.
Maintenant amenez-nous à votre coffre, techniquement la majeure partie de votre argent devrait s'y trouver, à moins que tout soit chez vous? Dans ce cas, je ne donnerai pas cher de votre maison après les fouilles.
Donc soit vous nous amenez à votre coffre, soit on saccage votre maison.
Choisissez vite.

Le capitaine se mit à transpirer encore plus abondamment... Il n'avait plus le choix... Les deux hommes ne comprenaient pas, il n'avait plus rien. Il savait comment tout cela allait finir, et il ne voulait pas avoir à faire à M. Richard, il ne voulait pas subir sa colère.
Il s’avança rapidement et s’égorgea lui même sur le couteau d'Edward, à la grande stupéfaction de ses deux assaillant. Il s'écroula de sa chaise et mourut, étouffé dans son propre sang.

- Merde, le con, s'exclama Edward. On ferait mieux de filer.

Paku acquiesça et ils s'enfuirent en vitesse, laissant le pigeon dans la salle...
Les deux hommes franchirent la rampe d'un seul mouvement et se retrouvèrent sur le quai en un éclair.

-Eh bien monsieur, ravi d'avoir pût vous aider, même si au final, le type est mort. Je regrette profondément mais je n'ai aucunement incité au suicide, sur ce, je vais vous laisser, le devoir m'appelle.

- De même, je vais retourner voir ce Mr Richard, et peut être en apprendre un peu plus...
_________________

To bring us back our heart's desire... Vengeance... Justice... Fire and blood - Doran Martell


~ Giga Président du Club Ps ~
Revenir en haut
mister K
Lord


Inscrit le: 29 Jan 2013
Messages: 808
Localisation: Devant le globe contenant les bouteilles de bourbon
Team: Club Ps
Pièce(s): 26
Pièce(s) rouge: 0

MessagePosté le: Dim 5 Mai - 13:36 (2013)    Sujet du message: La zone portuaire, ainsi que ses Tavernes Répondre en citant

K vit enfin les deux compères descendre du Cold Coal et se séparer rapidement. Il était fort étonnant que le problème ait pu être résolu aussi promptement. Cet Edward ne payait pas de mine, mais après tout, Jag'Stark avait peut-être des atouts dans sa manche, en témoignait le marin neutralisé sur le quai. Une fois l'endroit déserté, il se dirigea à son tour vers la rampe et entra dans la cabine du capitaine pour y trouver un cadavre baignant dans son sang, la gorge tranchée. Les idiots, ils n'ont rien nettoyé ! Il fallait faire quelque chose. Certes, on ne pouvait remonter à Mr Richard car personne ne connaissait Edward Helcar, mais Jag'Stark était facilement reconnaissable. Si jamais d'autres personnes sur les quais les ont aperçus, la découverte du cadavre causera des ennuis à ce dernier, et ça ne serait pas bon pour les affaires de l'Arène... Rien que le marin endormi représentait un danger. Il fallait donc prendre des mesures sans plus tarder. Il se hâta d'aller chercher le marin et de le tirer jusqu'au bateau, le fit démarrer, détacha la corde de la bite et remonta les quais jusqu'à l'embouchure du fleuve. Là-bas, il se débarrassa du corps sans vie et s'appliqua à réveiller le matelot endormi.

"-Aaaaah... Que... Qui êtes-vous? Que m'est-il arrivé?
-Silence. C'est moi qui pose les questions. Deux hommes vous ont endormi. Les avez-vous reconnus?
-Euh... non, je ne sais pas qui c'était. Il y avait un type encapuchonné et un autre avec un pigeon qui m'a endormi...
-Parfait. Ne cherchez plus à vous souvenir de leurs visages, cela ne vous attirerait que des problèmes. Maintenant écoutez-moi attentivement. Votre capitaine a payé de sa vie son manque de respect envers l'engagement qu'il avait pris avec Mr Richard. Ne cherchez pas à comprendre les détails de l'affaire, contentez-vous de faire le travail qui vous a été alloué. Vous nettoierez sa cabine pour effacer toute preuve et vaquerez à vos occupations. Si jamais j'apprends que ce qui s'est passé ce soir à des incidences sur le business de Mr Richard, je considérerai que c'est de votre fait et je vous retrouverai. Vous m'avez compris?
-Euh... Oui... Oui, je crois. Je vous ai compris. Comme d'habitude. Effacer les preuves. Pas chercher à comprendre. Pas de souci.
-Fort bien. Au boulot donc. J'espère ne plus jamais vous revoir.
"


K quitta le bateau et rejoignit le bout du quai avant de s'enfoncer dans la ville en direction de l'Arène. L'affaire était entendue, les imprévus de la soirée ne devraient pas causer d'incidents dans le futur. Il faudra toutefois recommencer à Mr Richard de faire une mise au point avec Jag'Stark pour éviter que ceci ne se reproduise.

Lorsqu'il s'engagea dans la ruelle mal éclairée, il fut interpellé par une voix près des poubelles:
"-Tu prends bien des risques, loin de ta zone de sécurité, Kenneth."

K se retourna, incrédule. Il y avait là une vieille assise contre un mur, cachée sous plusieurs couches de vêtements sales, en train de sourire. D'un bond, K fondit sur elle et se retrouva derrière elle avec une dague sous sa gorge fripée.

"-Qui êtes-vous et comment se fait-il que vous connaissiez mon nom? Je ne l'ai révélé à personne dans cette ville.
-Porter des lunettes teintées en pleine nuit n'est pas dans les habitudes des gens d'ici... Sinon, aurais-tu l'amabilité d'ôter ta lame de ma gorge? Ce n'est pas agréable.
-Et pourquoi donc?
-Parce que dans le même temps j'ai un pistolet au milieu de mes vêtements qui est pointé sur ta figure, et comme contrairement à moi avec ta lame tu ne peux pas sentir son contact et le voir, tu ne pourras pas anticiper le coup, donc je serai trop rapide pour toi. Enlève cette lame et je retire le pistolet.
"

K s'exécuta sans broncher. Si ses soupçons sur les origines de la vieille étaient vrais, il était très probable qu'il mourrait avant d'avoir pu lui faire du mal. Autant éviter la prise de risque.

"-Voilà. Que me voulez-vous maintenant?
-Moi? Rien du tout. Je ne suis qu'une vieille vivant dans la misère et la bière froide. Mais nous avons des relations communes qui, je pense, doivent se poser des questions sur ce que tu fais. 4 ans que tu vis là, c'est ça, Kenneth? Tu as eu le temps de te faire un nom et d'avoir des moyens à ta disposition. Il pourrait être intéressant d'agir maintenant, ou à défaut de leur donner de tes nouvelles, tu ne penses pas?
"

K resta silencieux un moment pour réfléchir. La situation était délicate. Anthracite est une cité au fonctionnement plus complexe que ce qu'il pensait, avec de nombreux acteurs aux intérêts différents. Il n'avait pas pu faire grand chose de ce qui était prévu. Il serait donc en effet intéressant de rentrer de manière temporaire.

"-Je vais faire ce que je peux pour retourner les voir alors. J'ai plusieurs obligations par rapport à l'Arène, il va m'être compliqué de m'y dérober. Mais je n'oublie pas la première raison de ma présence ici. Adieu."

Sur ces paroles, il s'enfonça dans la ruelle et disparu dans les profondeurs d'Anthracite.
_________________


Animateur Radio GBF
Revenir en haut
Phénix 'ODF' D
Chicken in Fire


Inscrit le: 19 Mar 2013
Messages: 619
Localisation: Dans le ciel, brûlant et brillant de milles feux
Team: Groupe des Voyageurs
Pièce(s): 16
Pièce(s) rouge: 0

MessagePosté le: Mar 21 Jan - 18:44 (2014)    Sujet du message: La zone portuaire, ainsi que ses Tavernes Répondre en citant

Jour 5 - Début de soirée

Parmi toutes les navires qui mouillaient au port ce soir-là, il y en avait un qui sortait totalement du lot. Et dans le port d'Anthracite, sortir du lot était quelque chose de très rare. Et comme dit l'adage, "tout ce qui est rare, vaut forcément cher". Cela n'avait jamais été aussi vrai.

À côté de touts les navires en métal, aux coques recouverts de plaques de bronzes, sans mâts ni voiles, il y avait ce splendide trois-mâts, tout de vert et d'or. Le bateau faisait trois fois la taille des plus longs navires amarrés, mais n'en avait pas la largeur. En effet, le bateau dont il est question est aussi large que deux pirogues côtes à côtes. Chaque mât montait à plus de vingt-cinq mètres de haut, et n'avaient en tout et pour tout que quatre voiles : Une immense voile carrée, enroulée sur elle-même et nouée juste sous le nid-de-pie, faite d'un matériau brillant et à l'allure soyeuse ; et trois autres voiles, d'un style encore jamais vu par personne en ville, des voiles d'inspiration brigantine, mais elles étaient bien trop grande pour n'être que ça. De longues cordes, reliées à quatre points sur la voile, permettaient d'orienter les voiles le plus habilement possible. Ces cordes plongeaient par dessus-bord pour rejoindre une cavité dans la coque du navire, elle aussi bien plus haute que les navires normaux. Là, des poulies retenaient les cordes, et des hommes étaient placées là afin de faire tourner les mécanismes dans un sens ou dans l'autre. La proue du navire était un bout dehors, un mât portant une petite voile carrée servant à tracter le navire par grand vent.

De ce navire, une centaine de matelots mit pied à terre, habillé de la mode de tous les horizons. Cet équipage, bien qu'hétéroclite, faisait partie de ces équipages dont le nom résonnait partout, et qui, grâce à leurs talents, avaient pu rapporter des trésors à leurs pays. Ce bateau, c'était le "Puissant Dragon", en provenance direct de l'Île-Continent, et grâce à eux, leur pays avait prospéré comme jamais en moins de trois ans.

_________________

Phénix 'ODF' Dragon, le Samouraï du Soleil Levant, vous souhaite le bonsoir !

Citation:
21:36:58<Phénix 'ODF' D> ouais sinon mis à part qu'il a du succès au lit, pourquoi l'écuyer de Tyrion? il est pas un peu maladroit?
21:36:59<Naorim> 21:34:56@Phénix 'ODF' D: tu es fidèle et tu veux faire le bien
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:40 (2017)    Sujet du message: La zone portuaire, ainsi que ses Tavernes

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:    Sujet précédent : Sujet suivant  
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    GBF Index du Forum -> Le Jardin -> La Balançoire -> Anthracite Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation