top

[Nouvelle] À PEINE VINGT EUROS

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    GBF Index du Forum -> La Cave -> La Galerie d'art -> Le Pupitre
Auteur Message
Hakido
Farfadet


Inscrit le: 13 Juin 2013
Messages: 43
Localisation: Dans la bout
Team: PS
Pièce(s): 4
Pièce(s) rouge: 0

MessagePosté le: Jeu 5 Sep - 17:07 (2013)    Sujet du message: [Nouvelle] À PEINE VINGT EUROS Répondre en citant

Bonjours bonjours !

Suite à la fin manuscrite de ma fan fic ( qui ce trouve sur la volonté du D ), j'ai décidé d'écrire des nouvelles, ou en tout cas de m'exercer pour m'améliorer.

Je ne suis pas encore comme les grands de l'endroit, mais bon, j'espère que ce travaille n'es pas trop mal...!

Dites moi ce que vous en pensez ! ( sinon, comment progresser ? ... )

NdA : A chaque coupure c'est un nouveaux narrateur qui prend la parole, avec un changement de police visible...Chaque narrateur à sa police à lui.


À PEINE VINGT EUROS . . .

Cliquetis de métal. Un beau son que celui provoqué par les cascades de pièces qui tombent de mes mains. Ca claque, ça tombe, ça roule, ça s’arrête, ça vibre, ça m’émerveille. C’est relaxant.
Les pièces de monnaie… Mon moyen de payement favori, je le sais depuis longtemps. J’aime l’éclat des pièces, avec la lueur d’or qui les caractérise. Les pièces étincellent, brillent et illuminent mes nuits, de leur douce lumière dorée. Quelle apparence aussi ! Bien rondes, sans aucun défaut, elles sont parfaites. Et parfaitement solides, durables, qui plus est. Mon moyen de payement favori, c’est évident.
Et cette odeur qui se dégage des pièces… L’odeur de l’argent, une odeur sûre, qui ne trompe jamais. Une odeur forte, puissante, capable de séduire n’importe qui, moi le premier…Je me prends à vouloir sentir cette odeur tous les jours, à chaque seconde même !
Une pile de terminée, on s’attaque à la seconde, les pièces de cinquante centimes m’attendent… J’adore compter mon argent, déterminer l’étendue de mes richesses de cette façon. Des colonnes, hautes pour la plupart, représentant chacune une unique valeur. Placer les pièces de cinquante avec leurs pairs. Quelle merveille que de faire ses comptes.
Oui, je suis un homme riche, mais un homme heureux, qui arrive à ses fins. Et j’aime ça.
Mon métier me plaît vous savez… Chaque jour je m’enrichis de la manière la plus belle qui soit… En faisant des placements. Je mise sur tel ustensile, tel vêtement, et le soir, quand ça fonctionne – et ça fonctionne toujours – je peux à nouveau compter mon argent, et soupirer de plaisir face à une telle fortune. Hé oui, ce que je fais est totalement légal. Les gens n’ont qu’à faire attention avant de venir acheter chez moi. Bien sûr, il faut que je survive, alors bon, je leur vends avec des bénéfices d’au minimum 200%. Faire fructifier son argent… C’est tout simplement excellent !
Ha, c’est bon j’ai fini mes comptes…

Alors, combien j’ai sur moi ?
« A peine 20 euros, marmonnais-je, dans ma barbe »
Je referme ma bourse, celle-ci de nouveau remplie, enfile un vêtement moulant et sors de chez moi : j’ai des affaires à régler.





__ - __ - __





Quelle époque, mon Dieu ! Dans une société comme celle-ci, survivre, dans mon cas, implique le vol. Enfin, c’est ce que je me dis pour ne pas culpabiliser, même si il est vrai que c’est une époque tordue. Et j’en suis un fruit.
J’aime conserver mon argent, le garder longtemps chez moi, sans le toucher. Savoir qu’il est là me rassure, et prouve mon talent de voleur expert. Il faut dire qu’atteindre mon niveau actuel m’a pris un certain temps. Je suis l’un des meilleurs.
Un cliquetis attire mon œil, dans cette rue pleine de monde. Un bruit de pièces, de pièces qu’on agite, un bruit témoignant de la présence, peut-être, d’un petit gagne-pain. Je tends l’oreille. Les pièces sont secouées à un rythme régulier, et viennent dans ma direction.
J’aime quand l’argent vient à moi. Je repère ma cible, ce grand gaillard aux airs de voyou, qui se ballade, son argent au côté droit. C’est presque trop facile en fin de compte. Je m’approche, bouscule un de mes voisins. Ma cible tourne la tête imperceptiblement, attirée par ma diversion, le tour est joué. La petite bourse bien remplie se détache, roule jusqu'à ma main… Un contentement s’empare de moi.
Je m’arrête dans une petite ruelle non loin de la banque. Je prends les pièces, les compte une à une. Je n’ai jamais vraiment apprécié les pièces de monnaie. Elles sont traîtresses. Elles t’avertissent terriblement bien sur la prochaine cible, mais une fois le butin volé, le garder au silence n’est pas une partie de plaisir. Non je n’aime pas beaucoup les pièces.
Je soupire :
« A peine 20 euros… »
Ma joie résultant du vol s’envole d’un coup. Une journée plutôt maussade, il faut le dire… Un seul vol depuis ce matin, et une quantité négligeable à la clef. Enfin bref, allons à la banque.
Mon argent déposé, je me retourne vers l’un de ces merveilleux distributeurs de billets, comme il y en a depuis quelque temps à chaque coin de rue.
Je retire en billets la somme que je viens de voler au gentil monsieur de tout à l’heure. Ha, il faut être clair sur une chose : les billets, c’est la base, il faut l’avouer. Ma monnaie préférée, de loi ; j’en ai conservé plusieurs mallettes chez moi, et j’en suis fier !
Un billet, il faut l’avouer, ce n’est pas bruyant, et de ce fait, facile à dissimuler. Certains malins me diront certainement qu’il n’est donc pas évident de reconnaitre qui parmi les passants en porte sur lui, mais je lui répondrais avec aplomb que la plupart des gens ont des billets sur eux, plutôt que de

s’encombrer avec des pièces. De plus, étant donné que je leur pique leur portefeuille, il est fort probable que ce dernier vaut plus cher que ce qu’il contient, donc…
Les billets sont pratiques, fins, jolis, et extrêmement légers. Quelle légèreté je vous prie ! Enfin, ce papier est doux, et représente tant ! Et les couleurs ! J’aime particulièrement les bandes argentées sur chaque billet, ceux de vingt me donnent l’impression d’avoir de l’argent – le matériau- entre les mains. C’est un plaisir…
Je m’apprête à reprendre mes billets quand je suis surpris par une brève bousculade. Un homme me dépasse et me fauche, mes billets sont livrés à eux-mêmes. Une rafale de vent survient. J’ai du mal à comprendre ce qu’il m’arrive en voyant mes billets disparaître à l’horizon…
C’est franchement une mauvaise journée.





__ - __ - __




Bon, ben pas grand-chose à faire aujourd’hui…Tout le monde est sorti sauf moi, super ! Mais en même temps je ne peux pas aller en soirée sans le dernier vêtement de chez RONNERO. Sinon j’aurais un peu la honte, il faut le dire… Autant ne pas y aller, je n’ai pas d’argent. Je n’ai qu’à dire que je suis malade, ou qu’il y a des problèmes sur la ligne de métro. Au moins ce sera crédible…
Mes pas piétinent le sol à mesure que je réduis l’écart qui mène jusqu’à chez moi. Un coup de vent me surprend. Un vent chaud, un peu désagréable, il faut le dire. Mais quelque chose attire mon œil en fin de compte.
Quelques billets, tout beaux, tout neufs, luttant contre un mur, emportés par la puissance du vent. Je m’approche tout excité. Ça c’est une veine. Je prends les billets et les regarde avec intérêt.
« Merde, y a à peine 20 euros… Ce n’est pas assez… »
Je me maudis de ne pas avoir trouvé assez pour mon joli vêtement. C’est pourtant important, d’être habillé à la mode, ça prouve notre valeur. Mes pas, inconsciemment, me conduisent face à la célère boutique de vêtements.
Mon choix, presque contre ma volonté, est déjà fait. Après tout, j’avais encore de l’argent sur moi, et, avec ce que je viens de trouver, ça devrait le faire. Je ne peux résister.
Il faut comprendre une chose : moi, garder de l’argent, ce n’est pas vraiment mon truc, si tu vois le genre. Si tu es riche, il faut que ça se voie, il faut que ça se sente. Il faut le montrer, s’habiller en conséquence, et faire des resto-cinés tous les soirs !
Et puis quel habit, quand même, je me demande même pourquoi il est si bon marché. Il faut se rendre compte quand même, il est finement taillé, me va très bien, je brille de mille feux. Et sa couleur bronze, elle est vraiment magnifique. Il faut que je pense à bien mettre le logo de la marque en valeur ! Ha, je pense que je vais plaire, en fin de compte !
J’appelle mes amies :
« Ouais, les filles. Finalement je peux vous rejoindre. Vous êtes où ? »





__ - __ - __






Je fulmine. On a réussi à me voler ma bourse, ma précieuse bourse, avec mes belles et brillantes pièces dedans, celles qui sont si belles et si rondes…
Je pousse les portes de mon magasin, tout en marmonnant diverses grossièretés.
Le vendeur, un jeune homme plein de potentiel – il pense comme moi-, m’aborde avec le sourire.
« Vous voilà monsieur ! Vous auriez du venir plus tôt, il y a quelques minutes, un client est venu acheter le dernier de nos articles mis en vente. La copie conforme de celui de notre société rivale, avec pour seule différence le logo et le prix ! Comme les gens sont sots, mais en même temps, c’est comme ça qu’on se fait de l’argent, n’est-ce pas ?
- Oui, c’est fort amusant. Mais concernant les recettes d’aujourd’hui, à combien sommes-nous ? Si nous soustrayons le prix de nos articles quand nous les achetons ? »
Le sourire de mon cher vendeur disparaît peu à peu. De toute évidence, à part l’aventure de tout à l’heure, la journée n’a pas été faste.
« Hé bien… À peine 20 euros, monsieur… »





__ - __ - __


__ - __ - __





ps : j’espère que ce n'es pas trop mal !
pps : j'en profite pour vous remercier de m'avoir lut !
ppps : j'en profite aussi pour vous faire coucou !

_________________
Sortit de terre. Puis cuit.



~Adepte Mega du club Ps ~ <3 <3
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 5 Sep - 17:07 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Enitu
Les déménageurs de l'extrême


Inscrit le: 17 Fév 2013
Messages: 340
Team: Indépendant
Pièce(s): 37
Pièce(s) rouge: 0

MessagePosté le: Jeu 5 Sep - 22:34 (2013)    Sujet du message: [Nouvelle] À PEINE VINGT EUROS Répondre en citant

Les grands ça n'existent pas. A supprimer l'aura qui tourne autour des pseudos. Hop ! C'est juste une impression, un travail de l'imagination. Il n'y en a pas qui valent mieux que d'autres, et personne n'est parfait ou peut se prétendre pleinement satisfait de ce qu'il fait. Chacun à sa façon.

J'aime bien la construction de l'histoire. Faire passer les 20€ d'une poche à l'autre par des moyens différents, pour finalement revenir à la poche de départ est bien trouvé, d'autant plus que chaque perso a un rapport différent à l'argent. C'est chouette.
Rien à dire de plus.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:57 (2018)    Sujet du message: [Nouvelle] À PEINE VINGT EUROS

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:    Sujet précédent : Sujet suivant  
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    GBF Index du Forum -> La Cave -> La Galerie d'art -> Le Pupitre Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation