top

Sugar Man

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    GBF Index du Forum -> Le Living Room -> La Salle Obscure
Auteur Message
Naorim
Garde des sots


Inscrit le: 13 Fév 2013
Messages: 289
Team: ♥
Pièce(s): 39
Pièce(s) rouge: 0

MessagePosté le: Mar 10 Sep - 14:27 (2013)    Sujet du message: Sugar Man Répondre en citant

Avant-propos : Pour information, il s'agit d'un sujet importé de chez le copain bleu qui date d'il y a quelques mois. J'ai dû remplacer les balises grooveshark par des vidéos youtube ce qui rend le tout un peu moins lisible :/
Bonne lecture quand même ! Et n'oubliez pas il s'agit de l'un de mes rares coups de cœur de cette année !



 




“ Sugar man, won't you hurry, 
'cause I'm tired of these scenes.

For a blue coin, won't you bring back

all those colors to my dreams.
Silver magic ships you carry.

Jumpers, coke, sweet Mary Jane. „



Documentaire sur un musicien inconnu des années 1970 : (Sixto) Rodriguez.
Seul moyen de faire un synopsis sans absolument aucun spoil.



Ce film est sorti le 26 décembre 2012. Ce film est sorti non pas « two weeks before Christmas » (comprendra qui pourra) mais un jour après Noël et connaît un véritable miracle de Noël. La semaine de sa sortie, en tout et pour tout, TROIS salles proposaient le film (dont deux à Paris) en France. Presque cinq mois après sa première diffusion, non seulement, le film est toujours à l’affiche mais il est encore diffusé dans la capitale dans une dizaine de salles (et le DVD va sortir dans quelques jours). Alors qu’un directeur d’UGC me confiait récemment (ouais je me la pète, ça fait genre que je connais des gens importants alors qu’en fait c’est mon beau-frère) que cette année n’était pas très bonne (comparée aux cinq dernières années tonitruantes) et que les films faisaient des aller-retour, restaient à l’affiche deux ou trois semaines puis repartaient. Sugar Man, lui, est toujours là.
Bien sûr, il s’agissait là d’une stratégie rodée. Oui mais ô combien risquée et je pense que la stratégie est allée bien plus loin que ne l’espérait son distributeur. Le but aurait été de présenter le film dans peu de salles, pour que les salles soient systématiquement complètes donnant l’impression aux spectateurs de voir une œuvre d’exception. Si on ajoute à cela qu’il s’agit d’un documentaire de qualité avec une histoire plutôt dingue à raconter, l’on pouvait espérer que le bouche-à-oreille commence. Et c’est ce qui s’est produit.



Je vais raconter un peu ma vie (pour ne pas changer) mais il faut savoir que j’avais prévu d’aller voir ce film avant sa sortie. Tout d’abord, je pense que j’étais l’une des rares personnes à connaître un (seul et unique) titre de Rodriguez avant de voir le film. Je n’avais aucun mérite, comme je l’ai déjà expliqué sur le forum, le titre faisait partie de la bande originale du film français Alyah. Ce titre phare de Rodriguez avait retenu mon attention lors du film, me poussant à chercher le nom de l’artiste lors du générique (plus old school que la requête google). Quelques mois après, regardant ce qui allait être diffusé de beau sur nos écrans, je tombe sur un film se nommant Sugar man, titre de la chanson dont je viens de parler. Ma curiosité me pousse à regarder s’il y a un rapport entre le film et la chanson. Je comprends qu’il s’agit d’un biopic de l’auteur-compositeur de cette mystérieuse chanson. Bizarre… J’avais déjà avant ça regarder la page wiki de Rodriguez (je vous promets que sur la page wikipédia française de l’époque – août ou septembre 2012 – ne comptait que 2/3 lignes sur ce chanteur !), il ne semblait pas être un chanteur « majeur » pour cette époque, j’avais cru comprendre qu’il était apprécié que dans un pays mais il n’y avait pas plus d’infos que ça. J’avais été étonnée d’ailleurs qu’il ne soit pas plus connu que ça car à l’écoute de Sugar Man, quelques grands noms font échos dont Bob Dylan. N’étant pas fan de biopics en général, encore moins sur des chanteurs, l’idée ne me réjouit guère. Mais je ne sais quel instinct de génie me pousse à regarder la bande annonce. Et là, je me dis « mais ça m’a l’air pas mal didonc ». Je le classais dans la liste des films « à voir si l’occasion se présente ».


 
À regarder jusqu'à la moitié pour éviter les spoils !



La semaine de sa sortie les critiques se font plutôt bonnes finissant de me convaincre d’aller voir le film. Je suis donc allée voir le film lors de la seconde semaine de diffusion (étant à l’étranger la semaine d’avant). La salle est comble, j’ai bien fait d’avoir un peu d’avance. À côté de moi, un Monsieur passe un coup de fil prévenant qu’il est au cinéma voir « un film sur un musicien inconnu qu’il ne connaît pas », c’est vrai que c’est un peu cocasse. Le documentaire se passe, la bande originale est composée des seules chansons de Rodriguez et je ne peux m’empêcher de succomber à ces chansons. L’histoire (j’y reviendrai) semble irréelle mais l’est pour autant. On n’aurait pas pu l’inventer si ça n’était pas vrai. À la fin de la projection, des applaudissements. Pour un documentaire ! Première fois que je vois ça. Les gens ont le sourire, j’entends une femme avouait que c’est déjà la troisième fois qu’elle voit le film (il avait à peine deux semaines de sorties). Je parle du film autour de moi, essaie de le vendre sans trop spoiler (ce qui est une tâche ardue – désolée CK, j’en ai peut-être un peu trop dit dans ton cas). Peu à peu, je vois apparaître sur certains réseaux sociaux (Facebook et Twitter) de plus en plus de références à Rodriguez. Le succès prend. En Mars (cela a donc augmenté depuis), plus de 100 000 entrées pour ce film. C’est complètement dingue pour un film de cette envergure là. Absolument et délicieusement dingue. Côté récompenses, le film n’a pas à rougir non plus, il avait obtenu le prix du meilleur docu à Sundance, ce qui n’est pas rien. Mais ça ne s’arrête pas là, il obtient la fameuse statuette : l’Oscar du meilleur documentaire.



Mais de quoi ça parle en fait ?
Le problème avec ce documentaire, c’est qu’il ne faut pas trop en dire, le film perdrait en intérêt. Je vais essayer de diviser la suite en plusieurs parties plus ou moins spoilantes donc.

Sans spoil. Vous pouvez cliquer sans peur.
Le documentaire a comme titre original : « Searching for Sugar Man » et ce titre est très pertinent. Le film prend la forme d’une enquête, nous partons à la recherche d’un chanteur des années 1970 qui a disparu.

Un tout petit peu de tout petit peu de spoil.
Ce chanteur inconnu semblait très talentueux, dégageant une aura forte mais n’aura malheureusement pas la chance d’être reconnu dans son pays natal : les Etats-Unis. Ses deux disques font pour ainsi dire un flop…

Un peu plus de spoil mais ça reste encore acceptable.
Mais on ne sait par quel miracle un disque semble être arrivé en Afrique du Sud, pays alors marqué par l’Apartheid. Ce disque deviendra là bas une légende.

Je n’en dirai pas plus. Le film est une enquête bien ficelée où l’intrigue se dévoile peu à peu. Tout ça, toute cette histoire, toutes ces « anecdotes » (« anecdotes » est un mot mal choisi tant cela peut être lourd de sens et en conséquences au sens fort du terme).
Bien sûr, le film a ses défauts. Tout d’abord, sur le plan formel et visuel, ce n’est pas très beau (sans être très laid non plus), il a été fait avec presque zéro moyen. Le réalisateur a même dû se mettre au dessin pour quelques plans du film. Certains diront qu’il est « efficace ». Effectivement, on se doute bien que certains traits ont été grossis, mais l’histoire (l’Histoire) en reste captivante et bonne sur le fond. Un film avec aussi peu de moyens ne peut se permettre d’aller dans des formes abstraites s’il veut faire connaître ce chanteur. Car j’ai l’impression que c’est l’un des buts du film : le réalisateur veut faire (re)connaître ce talent, ce diamant brut jusqu’alors ignoré. Il veut faire partager cette histoire pour compenser … ce qui passe dans l’histoire. Et je ne cesse de le répéter mais quelle histoire ! Ce documentaire a un « scénario » que voudrait n’importe quel réalisateur aujourd’hui !
Il sera parmi mes 10 films préférés de cette année (car même sorti en 2012, il a connu son succès en 2013) et ce sera sûrement la première fois qu’un documentaire se hissera à ce genre de classement. Je ne peux donc que vous recommander chaudement ce film qui fut l’une des plus jolis révélations de ce début d’année en matière de cinéma.



À lire si vous l’avez déjà vu.
L’histoire ne s’arrête pas là comme l’a déjà dit pif-paf. Les CDs (bon on peut s’en réjouir pour Rodriguez mais déplorer la stratégie marketing chacal de l’autre côté) sont en vente un peu partout, à l’intérieur même des cinémas ou aux premiers rangs de la FNAC (le CD est dans l’entrée de la FNAC de Châtelet depuis de nombreux mois !). Rodriguez vient en France faire un concert apparemment complet (à moins qu’il ait rajouté des dates). Bien sûr, tous ces fonds sont cette fois-ci reversée à Rodriguez, cela va s’en dire. Espérons que cet homme si humain arrive à continuer sa paisible vie, c’est le moins que l’on puisse lui souhaiter.




“Sugar man, you're the answer 
that makes my questions disappear. „

_________________
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 10 Sep - 14:27 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Kharma
Kharma


Inscrit le: 01 Jan 2014
Messages: 291
Localisation: Nulle part ailleurs
Team: Rocket
Pièce(s): 8
Pièce(s) rouge: 0

MessagePosté le: Jeu 6 Mar - 16:05 (2014)    Sujet du message: Re: Sugar Man Répondre en citant

Naorim a écrit:
Je parle du film autour de moi, essaie de le vendre sans trop spoiler (ce qui est une tâche ardue – désolée CK, j’en ai peut-être un peu trop dit dans ton cas).


Tkt tmtc.
Donc, interpellé à l'époque par autant de promo autour d'un documentaire j'étais cependant resté assez loin du film (parce que j'ai plein d'autres trucs cool à voir, genre... ouais voilà, allez faire pipi le temps que je trouve) et je n'avais fait qu'écouté quelques musiques. C'était cool. Sincèrement. Je croise pas les doigts.
Bon et puis depuis je suis arrivé sur ce forum -cool ta vie-, j'ai entrepris de faire revivre les topics morts -de mieux en mieux mec abrège on s'endort- et je suis tombé ici -ben putain tout ça pour ça-.

Difficile en effet de parler du film sans spoiler mais vu que je m'en fous de vous spoiler je vais simplement vous avertir discrètement SPOIL puis rentrez dans le vif du sujet.
J'ai eu un peu de mal au départ avec le format, je ne suis pas un habitué des reportages grand format, qui ont tendance à trainer sur la longueur, se perdre dans trop de propos et d'anecdote pour finalement juste faire l'heure et demi. Ici déjà c'est très très beau, les scènes illustrant les chansons sont soit de très belles images d'archives soit des travellings très léchés d'un sugar man vieillissant mais toujours très classe. Les longues phases d'itw sont forcément la partie la moins intéressante visuellement mais qui regorge de détails intéressants sur l'histoire du bonhomme. Il y a vraiment un aspect historique important et chacun nous le fait comprendre. Après c'est sur on est aux US (afrique du sud c'est la mêeeeeeme) les gars en font des tonnes surtout le producteur aux lunettes fumés qui essaye bien de vendre son bousin. La famille fait un peu secte et Rodriguez lui même a bien pris des chevilles (laisser moi m’imprégner de la question hhhhhhmmm ouais c'est bon je suis dedans) mais c'est ce qui finalement donne un aspect très romancé au film pas déplaisant puisque sinon autant faire un docu sur Arte à 00h45.
Le point fort du film restant évidemment la musique, là dessus rien à dire, c'est pas un topic musique bordel.

Voilà, j'espère que vous n'avez pas fini de faire pipi car je ne sais toujours pas ce que je pouvais bien regarder à l'époque pour avoir loupé ce chouette film.
7 gorilles sur 10.

goz goz goz goz goz goz Have Fun goz
_________________

Tôt ou tard, tomate.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 05:28 (2017)    Sujet du message: Sugar Man

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:    Sujet précédent : Sujet suivant  
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    GBF Index du Forum -> Le Living Room -> La Salle Obscure Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation