top

Enter the Void

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    GBF Index du Forum -> Le Living Room -> La Salle Obscure
Auteur Message
Bifidus
L'actif


Inscrit le: 31 Jan 2013
Messages: 337
Localisation: Dans un champs de maïs.
Team: :lurk:
Pièce(s): 16
Pièce(s) rouge: 2

MessagePosté le: Dim 29 Sep - 16:18 (2013)    Sujet du message: Enter the Void Répondre en citant

Il paraît qu'on vole quand on est morts..




  • « Une œuvre colossale »Technikart



  • « Un trip dont vous ne sortirez pas indemnes » Studio Ciné Live



  • « Un monstre esthétique jamais vu » Les Inrocks



  • « Eblouissant. Hallucinant. On a jamais vu ça au cinéma » Excessif



  • « Du pur cinéma » New York Times



  • « Un chef d'oeuvre? Là n'est même pas la question... » Brazil



  • « Noé est touché par la grâce » FilmsActu






Objectivement, qu'est-ce que c'est Enter the Void? Une énorme claque. Facilement mon film préféré des cinq dernières années. Enter the Void appartient à cette catégorie de films qui, non seulement ne peuvent pas laisser indifférents, mais qui en plus doit être digérés, le métrage étant une perfection technique, au service d'un discours et des images très crues. En même temps, avec Gaspar Noé, il faut pas s'attendre à voir du Dany Boon. Ce n'est pas un film que l'on peut raconter, que l'on peut classer ou catégoriser, mais bien un film que l'on vit. C'est évident qu'il n'est pas des plus abordables, ce sont 2h40 d'images agressives sous les yeux, mais c'en est hypnotisant, renversant, exceptionnel, irréel.



Ouais, c'est bien joli toussa toussa, mais qu'est-ce que ça raconte?


« Ce matin j'ai pris un buvard, et après je me suis fait une pipe de DMT juste avant que t'arrives.

-Mon salaud, t'as du passer une bonne journée.

-Attends elle est pas encore finie »


Ce qu'il faut savoir, c'est que le film est filmé à la première personne, on a donc une vue pleinement subjective de tout ce qui nous entoure. On incarne ainsi réellement le personnage central du film, Oscar. Oscar est jeune Oscar est français et vit avec sa sœur Linda à Tokyo. Oscar est dealer. Et ce soir, Oscar va mourir.



…..

….......

Encore là? Tant mieux, parce que je ne viens absolument pas de vous spoiler ici. La mort d'Oscar est même présente non seulement dans la bande-annonce, mais aussi sur les affiches du film. C'est ici même que réside le fond du scénario, en nous faisant vivre de l'intérieur les 25 dernière minutes de la vie du dealer, Gaspar Noé nous dresse un film sur la mort, l'errance, les souvenirs, toutes les évolutions pour finalement aboutir au stade de la réincarnation. On y aborde toutes les étapes, du refus de sa mort et d'abandonner ses proches, l'évolution aboutissant à une envie de quitter ce monde, le point de vue d'Oscar n'étant plus alors défini oralement, mais bien visuellement, il se crée une ambiance à chaque palier, chaque émotion, qui nous prend aux tripes sans même besoin de paroles.
Bien sur qu'il s'agit d'une interprétation personnelle, inspirée du Livre des Morts tibétain, mais tout est si beau, si bien présenté, l'évolution est si bien construite et l'ambiance si bien rendue que le film ne peut être réduit à un simple « Laule la réincarnation c pa paussible, c koi ton flim de merde, je croyais que cété un flim sur le cyclimse ».



Si la situation d'Oscar et de sa sœur peut également poser problème, tout, mais absolument tout prend une tournure logique par la suite. Je n'ai jamais vu la psychologie de tant de personnages être si bien décrite en si peu de temps, d'une telle tournure, avec un tel enjeu dramatique. Enter the Void est ambitieux, mais, contrairement à d'autres films, celui-ci ne bascule pas dans la prétention, pas de faux tourments pour pré ados émos en manque de dépression sentimentale, je ne conseillerais même pas à ces personnes de regarder ce film, pour rester les 2h41 devant, il faut être conscient de l'ovni qu'on s'apprête à regarder. Si c'est le cas, dès le générique, on peut applaudir debout la performance de Noé.



Je dis performance, et je pèse mes mots, car Gaspar Noé fait véritablement ce qu'il veut à sa caméra, on survole Tokyo, traverse les murs, la matière. Il arrive grâce à une technique incroyable à nous faire vivre une évolution naturelle en ne se servant que de son rendu visuel. La première partie, elle, est incroyable de réalisme, d'une précision et d'une beauté inégalable. Tokyo la nuit apparaît lumineuse et terrible à la fois, emplie de lumière et de chaos tout comme l'univers dans lequel vit Oscar. L'ambiance sonore est excellemment bien rendue, la perte de conscience nous est transcrite unique par le biais du visuel et du sonore, et le thème d'Air on the G string repris de Bach risque de rester très longtemps en mémoire, tant son utilisation fréquente prend aux tripes. -Et Thomas Bangalter a également participé à la bande sonore, je dis ça je dis rien.-



En résumé, Enter the Void, c'est un film à aimer, c'est un film à détester, mais c'est assurément un film à voir. La nature humaine a rarement été aussi bien retranscrite. Un film n'a jamais été construit d'une telle manière, d'un tel point de vue. Tout est si propre à l'univers dans ce film, si spécial que l'on ne peut juste pas raconter avec précision ce film, tant d’événements, tant d'émotions. A travers la mort, c'est un film traitant sur une vie entière que nous livre Noé, véritable Citizen Oscar. C'est une oeuvre métaphysique, conceptuelle, qui en laissent certains abandonnés, d'autres hypnotisés, mais personne indifférents. Surtout, comme tous les films de Gaspar Noé que j'ai pu voir, il ne s'oublie pas.





Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 29 Sep - 16:18 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Kharma
Kharma


Inscrit le: 01 Jan 2014
Messages: 291
Localisation: Nulle part ailleurs
Team: Rocket
Pièce(s): 8
Pièce(s) rouge: 0

MessagePosté le: Mer 5 Fév - 13:14 (2014)    Sujet du message: Enter the Void Répondre en citant

Personne pour entrer dans le vide ? Simple timidité de votre part je l'espère car Enter The Void se classe facilement parmi les grosses pointures de l'année 2010, cette année où l'on ressortait ses vieux jouets, où l'on faisait le mur, où l'on bottait des culs et où Leonardo Di Caprio vous rentrait dans le crâne.

Enter The Void est logiquement passé un peu sous silence car beaucoup moins blockbuster et surtout réalisé par Gaspard Noé, un gars connu pour faire ce qu'on sait qu'il a fait.
Malgré tout après le 5ème visionnage je crois je suis toujours aussi charmé, je bade toujours autant devant les 5 minutes en CGI qui donnent l'impression d'avoir pris de la drogue dur pour qui n'a jamais testé, le dialogue sur la mort lors de la descente de l'immeuble reste toujours aussi fascinant, le camion toujours aussi choquant et j'en passe et j'en passe.
L'apothéose étant quand même la scène finale, un truc à pas regarder avec n'importe qui mais qui marque bien (alors que bordel ! vous vous souveniez de l'ours qui fait une pipe dans Shinning ?).

Bon Bifidus a déjà dit tout ce qu'il y avait à dire, ce film est certes long mais puissant comme pas deux, un trip rendu possible grâce à une caméra qui s'affranchit de toute les règles de mises en scènes auxquelles ont est habitués. Certains vomiront leur repas à la cafèt du midi, d'autres auront des étoiles pleins les yeux grâce à ça mais aussi grâce à une vision du Japon totalement psyché à base de néons, de putes et de drogues.
L'histoire il faut la revoir au moins 2 fois pour tenter ne serait-ce que de pouvoir l'effleurer.

Mais que tout le monde ne commence par ne serait-ce que le voir une première fois car entrer dans le vide, c'est finalement bien bon.

Have drug... fun !
_________________

Tôt ou tard, tomate.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
vista snow
Parvenu 1er


Inscrit le: 31 Jan 2013
Messages: 789
Localisation: ça change
Team: Pr-S
Pièce(s): 44
Pièce(s) rouge: 0

MessagePosté le: Jeu 29 Mai - 16:22 (2014)    Sujet du message: Enter the Void Répondre en citant

Il y a quelque temps j'ai fais découvrir la trilogie Matrix à mon cher cousin, il connaissais bien sur de nom mais n'avais jamais vu, cette trilogie étant la numéro 1 dans mon coeur, je me suis bien sur empressé de la lui faire mater (et oui, quand tata fini à 22h15, on se fait des soirée cinoche à la maison goz).

Après le visionnage des trois films, il m'a dit une phrase que j'emploierai bien pour Enter The Void :

C'est peut être pas mon (mes) film préféré, mais ça reste ma plus grande expérience cinématographique


Je n'ai pas envie de parler d'Enter The Void, enfin si en parler oui, mais je n'ai pas envie de faire un post qui va expliquer, argumenté, planifié un avis construit.
Ce film, Bidifus me l'avait conseillé (ya bien un an :P), je le connaissais de titre parce que Thomas Bangalter est un pote de Noé et a travaillé avec lui pour deux de ses films (dont Enter The Void dont il était chargé de tout ce qui est sonore dans le film).
Bref une grosse claquasse, une caméra juste magistrale qui arrive à faire des mouvements et envolés bluffantes même dans des chiottes de 1m², un trip visuel qui a tout pour être masturbatoire mais qui se contente juste d'être méga juste et complètement de propos dans le film, ce délire visuel est justifié, réfléchis, intelligent.
Quand j'ai fini Breaking Bad j'ai lu quelques interviews de Vince Giligan qui parlait justement de sa mise en scène notamment visuel, il disait notamment qu'il refusait d'inclure dans son montage toute chose n'étant pas clairement justifié (en gros il s'est toujours refusé à mettre des trucs cool et classes uniquement parce que c'est cool et classe), Enter The Void c'est en plein dans ça. Certains y voit (et je peux comprendre) de l’agression visuel qui n'est pas intéressant si ce n'est se donner un aspect subversif, je ne suis pas d'accord. Ce film parle de la vie, de la mort, des états seconds (drogues notamment et un chouilla l'alcool, mais aussi les plaisirs charnels), Mr Noé arrive à mettre cela en image et créer alors une ambiance qui te prend au tripe. Cette intelligence de la forme qui apporte véritablement un plus qualitatif (et non pas juste une "lissitude" de l'image comme on en voit souvent). Il y a cette ambiance, il faut que je vérifie mais il me semble (pas sur) qu'il n'y a jamais de silence dans ce film, il y a tout le temps un bruit de fond (même très léger), je parlais de la caméra et de sa liberté (qui m'a fait penser à Gravity), je peux parler aussi de l'ambiance sonore, je pensais que mettre Thomas Bangalter comme directeur sonore était juste pour l'inclure dans son film (t'es mon pote wesh) mais aussi pour ajouter une grosse guest dans ses crédits. J'avais tord, il y a une ambiance sonore tout bonnement bluffante, magistrale, d'autant plus intéressante que, hormis exception/oublie, il n'y a pas de musique, de thème à proprement parler dans ce film, tout n'est que bruit, tout n'est que transcription sonore d'une situation, d'un moment, d'un état. On a donc un film organique presque, que l'on vit tant sur le point visuel que sonore. Mais on a aussi une narration, un déroulement de l'historie déstructuré mais qui fait sens, des personnages très juste dans leur écriture. Si la manière d'appréhender l'histoire est faite de manière folle et psychédélique, on aborde malgré tout des personnages et faits très gravés dans le réel voir dans le bêtement normal (évitant ainsi les trips kikoo émo). J'ai adoré l'objectivité des images, elles ne prennent pas partis, si l'image propose au spectateur un méga trip visuel, il n'y a pas de prise de partis, il n'y a pas de bien, ni de mal, on nous montre l'image tout simplement, même les scènes crues sont bizarrement sobre, ainsi cela permet encore plus de rentrer dans le film, car il semble vraie, Noé ne sublime pas le réel, il sublime l'irréel et en profite pour faire une approche neutre des faits qui eux sont réels !


Bref, assurément un grand film, une énorme expérience de cinéma, un de ces films que je serais prêt à payer 80 balles pour voir au cinéma (et en (bonne) 3D). Ce film me fait bizzarement pensé à Speed Racer, surement dans cette intélligence du visuel, l'un est grâve l'autre léger mais les deux sont les deux faces d'une même pièce.

Bref, la trilogie Matrix, la cité de la peur, Speed Racer et la grande aventure LEGO accueil donc Enter the Void dans les films ultimes de Sieur vista (bien que Enter The Void va demander encore quelques visionnages pour affiner mon appréciation !).
_________________
My name is Giovanni Giorgio, but everybody calls me Giorgio



Brocco c'est le bon chasseur
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:28 (2017)    Sujet du message: Enter the Void

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:    Sujet précédent : Sujet suivant  
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    GBF Index du Forum -> Le Living Room -> La Salle Obscure Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation