top

L'Histoire

 
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    GBF Index du Forum -> Le Living Room -> L'Hémicycle
Vous savez, vous pouvez participer vous aussi!

Oh, tu sais, je voudrais pas déranger
20%
 20%  [ 1 ]
T'as l'air de t'amuser tout seul dans ton coin, mais pourquoi pas?
20%
 20%  [ 1 ]
Ouais!
0%
 0%  [ 0 ]
Tu perds ton temps ici, temps que tu pourrais réinvestir en apprenant, justement tes cours d'Histoires
0%
 0%  [ 0 ]
Je veux te faire l'amour dans un amphithéâtre de la Sorbonne.
60%
 60%  [ 3 ]
Je t'envoie mon texte en mp dans la semaine.Bisous.
0%
 0%  [ 0 ]
Total des votes : 5

Auteur Message
Bifidus
L'actif


Inscrit le: 31 Jan 2013
Messages: 337
Localisation: Dans un champs de maïs.
Team: :lurk:
Pièce(s): 16
Pièce(s) rouge: 2

MessagePosté le: Mar 11 Fév - 15:31 (2014)    Sujet du message: L'Histoire Répondre en citant

"Nous n’écrivons pas des Histoires, mais des biographies, et ce n'est pas surtout dans les actions les plus éclatantes que se manifestent la vertu ou le vice. Souvent, au contraire, un petit fait ou mot, une plaisanterie montrent mieux le caractère que les combats qui font des milliers de morts.

Plutarque Vie d'Alexandre




GROSSE TEUF PRODUCTIONS

&

BIFIDUS

SONT FIERS DE VOUS PRÉSENTER EN CES LIEUX

UN TOPIC CONSACRE A ET AUX HISTOIRES.


Saison I
  • L'Historiographie - Partie I (Bifidus)


Dernière édition par Bifidus le Jeu 13 Fév - 18:40 (2014); édité 2 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 11 Fév - 15:31 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Bifidus
L'actif


Inscrit le: 31 Jan 2013
Messages: 337
Localisation: Dans un champs de maïs.
Team: :lurk:
Pièce(s): 16
Pièce(s) rouge: 2

MessagePosté le: Jeu 13 Fév - 18:31 (2014)    Sujet du message: L'Histoire Répondre en citant

Historiographie, ou pourquoi l'Histoire n'est pas une science exacte.

Bitch




Avant de commencer à faire de l'Histoire, il faut sans doute commencer par évoquer comment on a pu faire l'Histoire. Ainsi, ce n'est jamais par hasard si quelqu'un prend l'initiative d’écrire sur tel ou tel sujet. Cela peut être lié à un simple intérêt pour la période ou l'espacé étudié, ou bien peut renvoyer à une visée plus large, pas forcément consciente, qui entraîne des normes et valeurs personnelles.
Ainsi, par méprise ou par intérêts personnels, l’historien (du moins le rédacteur) peut négliger, réinterpréter ou vulgariser certaines vérités et sources. L'Histoire ne peut donc pas être une science exacte, et il est nécessaire dans une démarche scientifique de savoir recouper les sources, afin d'éviter de déblatérer des énormités.


De l'importance des sources: l'exemple de Plutarque


Dans mon premier post, j'ai cité Plutarque, un très bon exemple pour démontrer que l'on peut jouer avec les faits et les sources pour servir son propre but. Ainsi, né en Béotie en 46 après notre ère, Plutarque est donc Romain d'origine Grec au début de l'Empire. Il est très influencé par les pensées et philosophies grecques et romaines, et est principalement passé à la prospérité pour avoir entrepris une oeuvre énorme, celle d’écrire des biographies. Non pas de personnalités contemporaines, mais des acteurs principalement issus de la Grèce antique. Ces Vies Parallèles forment une oeuvre immense, une des sources les mieux préservées qu'il nous reste.
Mais voila, Plutarque est aussi un philosophe. Il est en effet décidé à dresser non pas des faits historiques, mais un portrait moral de ces personnes à travers les sources qu'il peut récolter.
Ainsi, alors que l'on pense avoir à faire avec un travail historique précurseur, immensément dense, si l'on ne se renseigne pas un minimum sur les sources, on peut se retrouver avec le point de vue de l'auteur, avec lequel nous ne sommes pas forcément en adéquation. Pour citer quelques exemples, Plutarque méprise la monarchie, comme énormément de romains de son temps. Comment décrit-il dans ce cas des rois ou tyrans qui prennent ce titre? En effet, tout en respectant les faits comme tout historien, il va glisser des interprétations négatives pour discréditer ces personnalités. Plutarque adopte une philosophie de comparaison, entre 46 personnalités antiques, pour mieux asseoir son discours.

Bref, avant de parler Histoire, il faut savoir manipuler ses sources. Celles-ci, en fonction des époques et des peuples étudiés ne sont pas de quantité et de qualité équivalente. Il est beaucoup plus simple d'étudier les registres commerçants du XVIIIème que des politiques hellénistiques -ange bleu étant en archéo', il ne me contredira pas.- Le travail sur les sources est la base de toute oeuvre et patrimoine historique. C'est pour ça que les recherches continuent sur des sujets que l'on pourrait considérer comme maîtrisés, afin de se rapprocher le plus possible d'une hypothétique vérité historique et transmettre une Histoire non biaisée aux générations futures.


De l'importance de savoir recouper ses sources, un exemple contemporain


Néanmoins, la mauvaise utilisation des sources n'est pas un mal antique. Au même titre que certains politiques tentent de jouer avec les faits pour servir leur propre discours, certains contemporains tronquent leurs sources afin de fonder une vision alternée des faits historiques.
Le dernier exemple que je prendrais pour démontrer la méfiance à adopter vis à vis des discours historiques, ce sera celui des négationnistes et notamment celui de Robert Faurisson.
Ancien professeur, ce dernier connait tout du travail de sources, et publie ainsi dans le journal Le Monde le 29/12/1978 un article intitulé "La rumeur d'Auschwitz" Pour bien appuyer son scepticisme vis à vis de la présence de chambres à gaz dans les camps de concentration nazis, Faurisson cite le journal intime du docteur Kremer, parlant de "jugements", d'éxécutions, de bunkers, mais n'est pas fait allusion à des techniques de gazage.
Sans travail de recherches, l'audience peut se mettre à douter face au rapport de sources d'ordre primaire.
Evidemment, si l'on lit la source d'origine, il apparaît que R.Faurisson a pris le parti de ne relever uniquement les faits qui pouvaient prêter à ambiguïtés. Dans son article, il parle de trois filles exécutées après jugement à la sortie du train, tuée dans la cour du bunker 11.
Il faut savoir qu'à Auschwitz, il n'y a pas de bunker 11. Par contre, il y a un bunker II, lequel est une chambre à gaz.
Il faut reprendre la source d'origine pour lire que les trois filles en question ont bien été exécutées, Faurisson ne donnant pas la cause de ce meurtre. Or, sa source le révèle dans la même phrase, "trois hollandaises ne voulaient pas entrer dans la chambre à gaz et suppliaient de leur laisser la vie sauve"

Si quelqu'un est intéressé par une humiliation intellectuelle de Faurisson en bonne et due forme, je ne conseille que trop Les chambres à gaz ont existés de G.Wellers, qu'on peut facilement trouver sur Internet car très travaillé.


Simple aperçu supplémentaire du travail historiographique


L'historiographie ne se limite cependant pas qu'au travail de source. Cela implique également le point de vue que l'on doit adopter vis à vis de l'Histoire. Ici, je renvoie notamment à l'oeuvre de Fernand Braudel, incontournable de l'Histoire mondiale, qui explique travailler sur une Histoire impérialiste, qui regroupe toutes les sciences sociales. Ainsi, on pourrait dégager trois échelles, fondées sur le mouvement:
-L'Histoire immobile, celle des relations entre les hommes et leurs milieux. F.Braudel à grandement participé au rapprochement des disciplines historiques et géographiques.
-L'Histoire mouvante, celle des sociétés, comment elles se forment, s'opposent, se maintiennent. On se rapproche ici grandement du domaine sociologie, voire économique, Braudel ayant écrit à plusieurs reprises des manuels d'économie.
-L'Histoire furtive, brève, celle des faits. Elle se ressent à l’échelle d'une vie, peut basculer en un instant, c'est celle qui reste la plus enseignée encore
aujourd’hui.
Mais voila, peut on considérer comme historique un ouvrage qui rassemble toutes les sciences sociales? Où commence et où s'achève le rôle de l'Historien? Peut-on expliquer un concept propre à un pays, à une nation, sans le dénaturer? Puis je expliquer ou retranscrire sans anachronismes?
Ecrire l'Histoire, faire de l'Histoire, c'est également se poser ces problématiques. L'historiographie en comporte évidemment bien d'autres, mais il est superflu d'en faire un exposé complet à l'heure actuelle, l'essentiel à retenir est qu'on ne peut pas croire un historien sur parole, mais on peut travailler sur plusieurs rédacteurs. Ensuite, c'est à vous de voir quelle Histoire vous comptez retranscrire, une simple chronologie d’événements, de faits, ou bien une véritable étude de fond sur une société et son milieu à une période précise?
Revenir en haut
azep
Le Maître des Points


Inscrit le: 12 Fév 2013
Messages: 752
Localisation: sur un bateau ivre
Team: Notables/Indépendant
Pièce(s): 68
Pièce(s) rouge: 1

MessagePosté le: Mer 12 Mar - 13:39 (2014)    Sujet du message: Re: L'Histoire Répondre en citant

Robert Brasillach a écrit:
L'histoire est écrite par kebab vainqueurs.


Vous en pensez quoi, vous autres historiens ?
_________________
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:53 (2018)    Sujet du message: L'Histoire

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:    Sujet précédent : Sujet suivant  
Ce forum est verrouillé; vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    GBF Index du Forum -> Le Living Room -> L'Hémicycle Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation